Partenaires

Île-du-Prince-Édouard

Les partenaires du PCHE de l’Île-du-Prince-Édouard conservent les estuaires côtiers et les milieux humides de la province au profit de la sauvagine et d’autres oiseaux migrateurs. En raison de l’importance de l’agriculture à l’échelle de la province, les partenaires travaillent souvent en partenariat avec les propriétaires fonciers locaux.

À l’Île-du-Prince-Édouard, les mesures ciblées sont :

  • amélioration des milieux humides dans le paysage agricole
  • protection de l’habitat au moyen de l’acquisition de terres et de la conservation volontaire grâce à des accords de conservation avec les propriétaires fonciers
  • projets de conservation des sols, comme les clôtures pour le bétail
  • mise en valeur des milieux humides dans le paysage agricole
  • maintien des habitats de haute qualité existants, y compris leurs infrastructures

Dépenses du PCHE-Î.-P.-É.

du 1er janvier 1986 au 31 mars 2020

PE-EHJV Expenditures January 1, 1986 - March 31, 2020

Conservation de l’habitat (protection) – 33 %
Intendance/influence – 2 %
Restauration de l’habitat (amélioration) – 32 %
Gestion – 18 %
Science du plan conjoint de l’habitat – 3 %
Autres activités – 12 %

Autres activités : Politique sur les terres et les eaux, communications, éducation et planification de la conservation

Réalisations de l’Île-du-Prince-Édouard (1986-2019)

du 1er janvier 1986 – 31 mars, 2020 et 1 janvier 2015 – 31 mars 2020 (plan mise en œuvre actuel)*

Protection de l’habitat
Hectares
1986-2020
2015-2020
Permanente 15 207 783
Moyen terme (10-99 ans) 51 51
Intendance / influence (<10 ans) 51 067 0
Restauration de l’habitat (amélioration)
Habitats associés 7 463 0
Milieux humides 3 227 0
TOTAL** 66 303 834

*Les activités du 1er janvier 1986 au 31 décembre 1988 ont été achevées comme projets de première étape avant la formation officielle du PCHE.

** Les hectares d’habitat conservés, restaurés et gérés ne s’additionnent pas. Ils sont d’abord protégés, peuvent ensuite être restaurés et finalement peuvent faire l’objet de mesures de gestion.

Faits saillants de projet

Abrams Village

Greater Yellow Legs, Prince Edward Island

Grand Chevalier, I’Île-du-Prince-Édouard – Jonathan Platts

Abrams Village abrite l’un des impressionnants habitats de marais salés de l’Île-du-Prince-Édouard. Conservation de la nature Canada protège et gère 80,9 hectares de terres entourant la rivière Haldimand, dans la réserve naturelle Abrams Village. Créée en 2009, la réserve prend sans cesse de l’expansion, à mesure que des parcelles de terre deviennent disponibles. La région abrite une variété d’espèces sauvages, y compris la sterne pierregarin, le pygargue à tête blanche, le grand héron, le chevalier semipalmé et le bruant de Nelson, espèces toutes visibles dans les vasières ou dont les cris retentissent dans les milieux humides.

Rivière Percival

La région de la rivière Percival, à l’Île-du-Prince-Édouard, est l’un des recoins les plus sauvages de la province, chérie des habitants de la région, et que peu d’autres ont explorée. En plus de son important habitat forestier, la rivière Percival se jette dans la baie Egmont et comprend des habitats de milieux humides riches sur le plan écologique qui sont essentiels au cycle de vie de nombreuses populations migratrice de sauvagine, d’oiseaux de rivage et d’oiseaux de mer. Le plus grand marais salé ininterrompu de l’Île-du-Prince-Édouard est situé le long de la rivière Percival. À ce jour, Conservation de la nature Canada a conservé 269 hectares de marais salés côtiers, de milieux humides d’eau douce et d’une prédominance de forêts d’épinette noire entourant la rivière Percival.

Étang Saint-Charles

Hermitage Wetland, Prince Edward Island

Milieux humide d’Hermitage, I’Île-du-Prince-Édouard – Tom Duffy

Canards Illimités Canada (CIC) s’est associé à la province pour acquérir 193 hectares à l’étang Saint-Charles. Ensemble, la province et CIC gèrent le projet et font la promotion des activités récréatives et de loisir sur le site. L’étang fournit un habitat précieux à la sauvagine, notamment au canard noir, au fuligule à collier, à la sarcelle d’hiver et au canard branchu. Une passe migratoire abrite également plusieurs espèces qui utilisent les milieux humides en provenance de la rivière Fortune.

Projet de mise en valeur des milieux humides du marais Doc

Le marais Doc est l’un des plus grands milieux humides d’eau douce de l’Î.-P.-É. et est entouré de forêts diversifiées. Le site est géré conjointement par la province et Canards Illimités Canada. La propriété est largement utilisée par les gens de l’Île-du-Prince-Édouard pour des activités récréatives comme la pêche, la chasse, la randonnée pédestre et l’observation de la faune.

Projet de mise en valeur des milieux humides de l’étang Blanchard

Johnston’s River Project, Prince Edward Island

Projet rivière Johnston, l’Île-du-Prince-Édouard – Jonathan Platts

Canards Illimités Canada (CIC) a collaboré, pour la première fois, avec la province afin d’effectuer des travaux de restauration dans le marais, situé sur des terres provinciales, en 1971. À l’époque, l’objectif commun était simple : fournir un habitat de grande qualité pour la faune et des possibilités récréatives pour les résidents locaux. Cependant, au cours d’une tempête en décembre 2014, plus de 150 millimètres de pluie se sont abattus dans l’ouest du comté de Prince. Le déluge en découlant a causé la rupture du barrage et le drainage d’une grande partie du marais. L’année suivante, la province et CIC ont convenu de réparer le barrage et de reconstruire une structure de régulation de l’eau mieux adaptée aux épisodes de pluie extrêmes, et qui améliorerait le passage des poissons entre le marais et l’eau libre.

Personne-ressource

Matt Ginn
Ministère de l’Environnement, Énergie et Action climatique de l’Î.-P.-É.
mginn@gov.pe.ca